Henri Lacombe

Maître papetier et figure angoumoisine du monde des lettres et des arts (La Couronne 1889 - 1966).

PNG - 790.6 ko

Henri Lacombe (à gauche sur la photo) présente officiellement l’Académie d’Angoumois le 29 juin 1965, à Sud-Ouest.
Fils et petit-fils de papetiers, il fait des étude d’ingénieur à Angers et commence une carrière de chimiste dans une usine à papier de l’Isère. Réformé en 1916, il exerce son métier en France et à l’étranger.
En 1930, il découvre le moulin du Verger fondé en 1527 à Puymoyen. Il décide de le restaurer et de reprendre la fabrication du papier à la forme, comme à l’origine.
En 1946, Henri Lacombe ajoute au moulin un musée dont les collections seront rachetées par le musée de la Ville d’Angoulême.

Il a publié Feuilles de papier, ailes de la pensée en 1946, puis Balzac et l’industrie du papier en 1949.
Très proche des écrivains et des artistes de la région, il analysait leurs œuvres dans différents journaux.
Ses relations amicales avec Odette Comandon lui ouvrirent les portes de cercles littéraires parisiens.

Il fit partie de nombreuses associations, en particulier de la Société archéologique et historique de la Charente, dont il fut successivement secrétaire et président.

Dés 1963, son ambition fut de rassembler les écrivains charentais dans une académie littéraire ; ce fut chose faite le 11 septembre 1964, date de naissance de l’Académie d’Angoumois. Il en fut le premier secrétaire général.